menu home
 
  Derniers projets :

•   Serveur mail Postfix/Dovecot sur Raspberry Pi sous Raspbian

•   Circuit vidéo anti-Macrovision / Macrovision remover

•   Indicateur de niveau d'humidité de la terre pour plante

•   Récupération consommation EDF via Raspberry Pi

•   Station Météo avec Raspberry Pi

•   ...

[ Voir la suite ... ]    

 
  Derniers projets :

•   Manipuler les GPIO d'un RaspberryPi sous Raspbian en Java

•   Programme pour le convertisseur impulsions téléphoniques en signal DTMF pour téléphone à cadran

•   ...

[ Voir la suite ... ]    

 
  •   Cathode Corner
 
•   Kosbo
 
•   Semageek
 
 
a propos
 
contact
 
  categorie
  Indicateur de niveau d'humidité de la terre pour plante
  > - Divers -
img avancement
Commencé le 03/12/2014 à 23:18  


Ayant acheté, il y a quelques temps, un bonsaï et n'ayant réussi qu'à le garder en vie ... qu'un mois, j'ai cherché la raison pour laquelle le bonsaï est réputé comme une plante difficile. En effet, les bonzaïs ont besoin d'un taux d'humidité de la terre assez stricte, ni trop fort, ni trop faible. Si non, il meurt.
Même en utilisant en respectant les valeurs indiqués sur une aiguille reliée à un flotteur au fond du pot, permettant de connaitre la quantité d'eau présente, et faisant attention d'être toujours entre le minimum et le maximum ... et bien ... ça ne suffisait pas.

Je me suis donc dit qu'il faillait trouver un truc plus précis, voire automatique (mais ça c'est pour plus tard ;) ) et je me suis rappelé que l'eau est un élément conducteur et donc qu'on pouvait connaitre l'humidité de la terre en mesurant le courant qui passe dans la terre.
Plus c'est humide et plus le courant passe. Il y a donc analogie entre l'humidité et le courant électrique.

Je me suis donc acheté un plante à 1€ dans un supermarché pour faire mes tests, j'ai branché des électrodes (des vis sur la photo qui suit) et je me rendu compte que :
- lorsque la terre est pratiquement sèche (pas complètement, genre il faudrait mettre de l'eau), on a une résistance équivalente à 100Kohms
- lorsque la terre est humide, on a une résistance équivalente à 20Kohms.
On pourrait donc, avec un pont de résistance, faire une analogie tension/humidité et avoir un affichage de l'humidité de la terre.
Attention: les valeurs que j'ai indiqué peuvent varier suivant la terre et la surface en métal des électrodes en contact avec la terre.

J'ai réalisé ensuite un circuit simple avec des LM311, pour comparer la tension reçu et des valeurs de référence min-max de l'humidité, quelques portes logiques pour allumer qu'une seule LED à la fois et un oscillateur NE555 pour faire clignoter la LED rouge en cas d'alerte.
3 LEDs en tout :
- une verte pour dire que l'humidité est suffisante -> niveau maximum
- une jaune pour dire que ça commence à baisser (attention)
- une rouge pour dire qu'on est en dessous du niveau minimum (alerte).

img

img


Ce circuit est en fait un circuit-test car l’intérêt serait de faire un arrosage automatique et précis qui maintienne l'humidité de la terre du bonzaï à un état stable tout le temps. On pourrait faire ça avec un petit micro-contrôleur et une pompe à eau.


    5 commentaires
Commencé le 03/12/2014 à 23:18  

Nom:  
E-Mail:  
Site Web:  

 
Vérification:  
 
Recopiez les lettres/chiffres et donnez le résultat du calcul :
captcha



   Adri   |   20/04/2015 - 22:24   

Pour-quoi avoir lié la valeur avec la valeur max (les deux résistances de 100K), ou je me trompe complètement et ces 2 résistances on un usage bien spécifique ?


   JLR's Blog   |   20/04/2015 - 22:32   

Ces 2 résistances permettent d'avoir une valeur intermédiaire entre le réglage minimal et le réglage maximal.
Quand la valeur mesurée est supérieure à la valeur entre 2 résistances de 100k (exactement entre le réglage max et le réglage min), on peut allumer la led jaune qui indique qu'on est à la moitié.


   Adri   |   20/04/2015 - 22:59   

J'ai toujours du mal à voir l'idée ... il y aurais 3 AOP j'aurais directe compris que la tension obtenue par ces 2 résistances servirais pour la LED orange, mais la avec 2 AOP je ne vois pas.
Car si je comprend bien, quand la terre est sèche les deux AOP on un niveau bas et la LED rouge clignote, puis quand la terre est légèrement humide 1AOP à un niveau Haut et la LED orange s'allume et quand la terre est bien mouillée les 2 AOP renvois un état haut et la LED verte s'allume ...

A un moment j'ai crus que c'était pour éviter que la tensions de référence de l'AOP du haut sois toujours supérieur à celui du bas mais ça ne va pas dans toutes les situations ...

Donc pour-quoi ne pas avoir directement connecter l'AOP du bas au potentiomètre ou ne pas avoir branché le potentiomètre du bas sur la pin du milieux du pot en haut pour éviter la situation ou la référence de tension du bas est supérieur à celle du dessus ? (je m'embrouille pas trop ? x) )


   JLR's Blog   |   22/04/2015 - 00:15   

Le réglage max correspond à la terre bien humide fraîchement arrosée et le réglage min à la terre complètement sèche (genre plante entrain de mourir).
L’intérêt des 2 résistances est d\'avoir une valeur permettant de savoir si la terre est légèrement humide, donc à arroser.
Avoir 2 potentiomètres bien distincts était plus pratique pour faire les réglages. Je connais la tension correspondant à la terre bien humide et la tension de la terre sèche. J\'ai rajouté 2 résistances de 100k pour avoir une valeur entre les 2 (terre moyennement sèche, à surveiller).
Si j\'aurais branché le potentiomètre du bas sur la pin du milieux du potentiomètre en haut, à chaque fois que j\'aurais modifié le réglage max (potentiomètre du haut), la tension à la pin du milieu du potentiomètre du bas aurait changé, je trouve cela plus contraignant. Certes, ce circuit, il est possible d\'avoir un réglage min supérieur au réglage max mais le réglage est plus simple.


   Adri   |   28/04/2015 - 18:32   

Oki, je vois +/- le concepts merci :)

 


JLR's Blog   |   Programmation et design: JLR   |   Version 2.0   |   Généré en 0.023 seconde(s)